L’affiche, reine de la publicité et victime expiatoire

L’affiche, reine de la publicité et victime expiatoire

Genève, Paris, 28 novembre 2015

Jean-Charles Giroud

IMG_0743

En 2003, lors d’un mémorable G8 tenu à Evian, Genève avait été le lieu d’une émeute sans précédent. Les palissades jaunes qui protégeaient les vitrines des commerces s’étaient couvertes d’une floraison d’affiches sauvages du plus haut intérêt[1]. Les grandes affiches publicitaires avaient été la cible de commentaires – parfois amusants – sur la société de consommation.

A intervalles réguliers, les affiches – ou plutôt certaines d’entre elles selon les valeurs qu’elles véhiculent – font les frais de la mauvaise humeur de tel ou tel groupe contestant précisément ces valeurs.
IMG_0738Le samedi 28 novembre 2015 se trouve être la Journée mondiale sans achats. A cette occasion, Genève a vécu une nouvelle opération mettant l’affiche au cœur de l’événement. L’action s’est déroulée en deux temps. Tôt le matin, d’innombrables affiches publicitaires ont été barrées d’une bande adhésive (pas méchante puisqu’en l’enlevant, l’affiche reste intacte) portant les mots « Pollution visuelle ? Pollution mentale ? ». Ensuite, le Réseau d’objection de croissance, organisateur de l’action, a convoqué une conférence de presse à la Gare de Cornavin pour coller publiquement des bandeaux « Nuit gravement au climat ! » sur deux affiches publicitaires, l’une pour Mercedes, l’autre pour MasterCard. Il s’agit évidemment de lutter contre la surconsommation. Pour sourire, soulignons que la Journée sans achats est entrée en collision à Genève avec la Journée du partage. Sans achats, impossible de manifester sa solidarité avec les plus démunis en remplissant dans les supermarchés les cabas signés Zep !
6163572c-14ae-401d-a6ff-c1aae5fdb98cA Paris, ce même 28 novembre, le groupe Brandalism s’est également attaqué aux affiches des panneaux JCDecaux dans le cadre de la COP 21. Leur organisation relève d’un professionnalisme affirmé.  Ayant revêtu l’uniforme des afficheurs de cette entreprise, les militants ont ouvert les présentoirs et remplacé les affiches publicitaires par d’autres dont on devine qu’elles n’avaient pas le même message !

Ces lignes ne portent pas de jugement sur ces actions, chacun pouvant le faire lui-même. Le rôle de l’affiche dans ces événements nous intéresse. Depuis plus d’un siècle, les affiches publicitaires et leurs images sont des lieux d’expression économique, sociale, culturelle, graphique, artistique. Une bonne affiche affirme de manière spectaculaire et théâtrale son message. Elle est un lieu d’affirmation de valeurs, donc un lieu de pouvoir. Une bonne affiche attire l’attention et oblige le passant – vacciné depuis longtemps contre les excès de la publicité – à se situer par rapport à elle.

IMG_0739Par ses dimensions monumentales, l’affiche s’impose au regard et à l’esprit. Elle est le seul moyen publicitaire qui autorise la répartie immédiate avec des armes identiques. Comment protester contre une publicité de presse ou de télévision ? L’affiche le permet avec les moyens les plus simples – un feutre, une bande adhésive, une affichette – d’exprimer son désaccord même si cela ne manifeste guère de respect pour la légalité et la propriété d’autrui ! Elle attire donc l’expression de contrepouvoirs. Par cette fonction d’exutoire social et de victime expiatoire, elle se révèle encore plus indispensable dans les processus de communication.

Et dire qu’il y a quelques années, la Ville de Genève souhaitait supprimer tous les panneaux publicitaires de ses rues alors que l’affiche favorise finalement le dialogue social !

Vive l’affiche !

Références

« Des militants s’en prennent à la publicité pour sauvegarder le climat ». Dans : Tribune de Genève, 28 novembre 2015 (http://www.tdg.ch/geneve/actu-genevoise/Des-militants-s-en-prennent-a-la-publicite-pour-sauvegarder-le-climat/story/31070122)

« De fausses publicités dans Paris pour épingler les sponsors de la COP 21 ». Dans : Le Nouvel Observateur, 29 novembre 2015 (http://tempsreel.nouvelobs.com/galeries-photos/planete/cop21/20151129.OBS0346/de-fausses-publicites-dans-paris-pour-epingler-les-sponsors-de-la-cop-21.html).

(Sites consultés le 29 novembre 2015)

[1] La collection en est conservée à la Bibliothèque de Genève.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *